Un peu de meurtre à L’Ecole de Nice

Tout était calme, très calme, un calme profond et paisible. Le troupeau rassemblé se lovait dans le creux du plateau... Et puis rapidement le sexe s’en mêle, rien ne va plus, le loufoque supplante la sérénité de l’alpage. Blanche-Neige s’installe et mène la danse.
Sur fond d'Ecole de Nice une série de meurtres trouble le milieu de l’art. Des artistes sont assassinés dans le style de leur démarche, César est compressé, Arman coulé dans du polyester...
Pour être dans le coup l’inspecteur Moya se tape l’histoire de l‘Art Contemporain. Il est dépassé par la logique qui préside à ces assassinats. Le T. A. (Tueur d’Artistes) se moque-t-il de la production artistique ? Quels comptes règle-t-il ?
Retrouver dans le canevas des pratiques les traces de ce marginal, de cet esthète qui méthodiquement supprime, exécute, liquide les créateurs de ce mouvement, c’est pour les enquêteurs avoir La certitude de progresser, pour l’assassin celle de brouiller les pistes. Les collectionneurs se réveillent, le marché aussi, sauf les morts.
Moya mange des raviolis chez sa mère, puis tout redevient calme, enfin à peu près...

 

Jean Mas

Un peu de meurtre à L’Ecole de Nice

 

Editions Ovadia Nice 2007
 

  Jean Mas     Tous droits réservés     Mentions légales

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now