Jean Mas     Tous droits réservés     Mentions légales

ACTUALITES 2020

Inauguration de la nouvelle installation

dans le vieux Nice

de la galerie FERRERO

Remise de l'ordre de la Cage à Mouches

à Guillaume Aral

 

 

 

Un Musée MAS...

Exposition 1er Mai 2018

Galerie Guillaume Aral

Jean Mas chez Guillaume Aral : Quand le verbe fait œuvre...

De la Cage à Mouches au Peu, Jean Mas n’a de cesse de retourner les mots, de les faire sonner, re-sonner, résoner et raisonner. Ils sont la matière première de l’artiste, sa glaise, son objet princeps. À la manière de Lacan, des oulipiens, des poètes, de Raymond Devos, il les détourne et les fait miroiter pour qu’on en découvre leurs faces cachées, leurs paradoxes, leur inconscient (qui comme chacun sait, est structuré comme un langage).

 

Jean Mas un peu artiste ! (Photo Catherine Mas)

Jean Mas jongle avec les mots comme avec des bulles ou des balles, il les fait rebondir, s’entrechoquer pour leur faire dire des vérités improbables, inattendues, souvent éclairantes.

De ses mots naissent aussi des objets dits d’art : Cages à Mouches (mages accouchent), bulles de savons (et de savoir), des ombres, des versions, des À vendre, des Peu, etc., et parfois même d’autres mots...

Comme cet extrait de l’inauguration du Musée du Peu (à Bonson) :

«  Au Nom du Peu, du rien et du rien qu’un Peu, je déclame (déclare) ici qu’un Peu ça sufit !
Un peu, 2 peu, 3 peu... 6 peu. Nous sommes si peu de chose qu’il faut céder et s’aider un peu entre nous car le Peu est guère épais pour déraper dans tous les états d’un peu beaucoup, d’un peu trop !
Restons alors dans le trop peu (trope) figure de discours qui nous souffle qu’il y a des gens de peu et les gens du Peu, eux sont des navigateurs qui repoussent quelques limites pour aller un « peu plus loin ». 
Du peu est parfois dupe de lui-méme, mais qu’importe puisqu’il construit de gré à gré une relation, même s’il suffit de peu pour que tout bascule !
Si l’oiseau fait son nid (peu à peu) le mien est rempli de Peu. 
Oui le Peu est partout, le Peu est nietzschéen, le tout est hégélien. 
Aussi comme on « peu tout » et que tout se peut 
Nous déclarons ouvert le Musée du Peu ! »

Le 1er mai, nous avons fait la Fête du Travail de Mas. Comme à chacune de ses prestations/apparitions, il y avait foule ce soir là chez Guillaume Aral.

A cette occasion ont été rappelés ses différents manifestes : de l’Ombre, du Peu, de l’Art Compact, et le dernier, celui de la Performance (du 12/12/2012) où le Sacré a enfin cédé sa place au « Ça crée ».

Après nous avoir régalé de son discours, il a offert à Gilbert Grisoni un grand Peu (rassemblant ses hauts faits) qui devra accompagner son cercueil (le plus tard possible).
Ne pas manquer la mini rétrospective des œuvres de Mas.

Jean Mas a offert à Gilbert Grisoni un grand Peu.

 

Alain Amiel

 

***

Dans la famille de l’Ecole de Nice, Jean MAS est l’artiste du peu, du presque rien, du presque immatériel. C’est le minimalisme esthétique et le maximalisme discursif : Jean Mas revendique un discours artistique plus important que son œuvre matérielle. Ses œuvres (les cages à mouche, les bulles de savon, les peu, les ombres, les poules…) ne sont que les traces, les ombres de ses performances.

 

Jean MAS est un artiste du Verbe, jouant comme personne sur les mots et les concepts avec une logorrhée géniale. Ses auditeurs se retrouvent alors troublés comme devant une peinture foisonnante de symboles de Jérôme BOSCH, trouble où se mêlent l’admiration et le sentiment que quelque chose leur échappe. Ou troublés comme devant un monochrome bleu d’Yves KLEIN, trouble où se mêle le sentiment du beau et de l’incompréhensible.

 

Puisque le Verbe est si important dans l’œuvre de Jean MAS, il est logique qu’il s’intéresse aux discours artistiques connus dans l’histoire de l’Art sous le nom de manifeste, c’est-à-dire  aux déclarations publiques sur les intentions, motivations ou opinions d'un artiste ou d'un mouvement artistique.

Le 12 septembre 1980, à la Galerie d’Art contemporain des Musées de Nice, Jean MAS présentait son premier Manifeste du Rien, sous la forme d’une conférence-performance dont il ne reste plus rien. Seule une lettre de mairie et un article de Nice-Matin attestent de cette manifestation nihiliste. Il semble que l’artiste ait bien réussi son coup.  En janvier 1990, il déclamait le Manifeste de l’Ombre lors du vernissage de l’exposition Parcours d’ombre à l’Espace J. Gilletta dans lequel il revendiquait une œuvre qui,comme l’ombre, est sans épaisseur mais pas sans signifiant. Puis en 2012 et 2013, les manifestes s’enchainent : Manifeste du Peu déclamé à l’occasion de l’ouverture du musée du Peu à Bonson (« 1 peu, 2 peu, 3 peu...6 peu »), Manifeste de la Performance érigée au rang de 12eme Art et Manifeste de l’Art compact (au sens de difficilement pénétrable)

A l’occasion du 1er mai 2018, jour de la fête du Travail généralement chômé, Jean Mas va contre-manifester en présentant son travail à la Galerie Ferrero. Venez lui manifester votre soutien pour son combat artistique contre un peu tout et sa lutte esthétique pour presque rien.

 

Mardi 1er mai 2018 à 18 h.

 

Guillaume Aral

Galerie Ferrero

4 rue du Congrès 06000 NICE

+33 (0)4 93 88 34 44

www.galerieferrero.com

                                                                   ***

Mars aux Musées

"La journée du Patrimoine"

conférence :

Jean Mas présente Jean Mas

Sous une forme de conférence-action, Jean Mas présentera ses réalisations. Il fera état de ses considérations diverses qui de la "Cage à mouches"

au "Peu" animent son réseau de pensée.
Une large présentation de la démarche de l'artiste

d'un certain esprit de l'Ecole de Nice

Fin avril
 "Un  Peu de Jean MAS"  Galerie Ferrero  

avec présentation de quelques Manifestes. 

 

L'exposition Ecole de Nice de 1947 /1977  

sera exposée en Mai 2018 à Hong Kong  

 

Préparation d'un circuit du Peu à Saint Raphaël.

Le 29 juin ouverture du

Festival du Peu 

Bonson

***

Exposition Ecole de Nice

au MAMAC
 

à partir du 24 juin

Signature du dernier ouvrage

de Jean Mas "Cabrioles"

Librairie Masséna - Nice

Cabrioles esthético-philosophiques
paru aux Editions Ovadia

 

Dans cet ouvrage, Jean Mas, questionné par une mouche, nous livre un Peu de sa démarche qui au fil du temps trace une ligne qui confond la mouche avec sa cage, l’artiste avec son œuvre. Rencontres, expériences, la maison des mots nous invite à sa fenêtre, au plaisir de la saisie d’un jeu de langage, d’une pratique artistique qui semble essayer vainement de piéger l’insecte !

Artiste Ecole de Nice, créacteur! du Festival du Peu, Jean Mas développe ici un Peu de son art d’attitude, expression de sa mythologie fondée par cet objet prétexte : la Cage à mouches.

Jean Mas, Cabrioles esthético-philosophiques
Ed. Ovadia | Coll. Chemins de pensée | Dir. Laurence Vanin
Préface de Maurice Elie, Postface de André Giordan

 

 

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now